Éphéméride

AFGHANISTAN Août-Septembre 2021

Retour des Talibans

“Les puissants de ce monde redoutent ceux qui s’enivrent, répondit le Voyageur, à cause de l’allégresse, de la furieuse gaieté qui parfois brisent les idoles. Eux-mêmes ne s’enivrent jamais car ils se gavent de sang. Quiconque, dans sa vie, a goûté du sang d’homme, est incapable ensuite de supporter le vin. À celui-là, l’ivresse est fade, et sa vérité bien trop amère.

– Ô Madjnoûn ! Pourquoi le Prêtre du Haut Temple déteste-t-il ceux qui s’enivrent ? Pourquoi fulminent-ils contre la voix limpide des chanteuses, contre la souple grâce des danseuses ?

– Celui qui pousse les hommes à aimer la mort ne saurait prendre goût aux nourritures terrestres, aux fruits de la beauté vive. Celui qui invite à l’écoute outre-tombe, lui-même jamais n’ouvrira son cœur à la force qui danse, à la joie qui jaillit, à l’amour qui s’élève en chant. ”

Sayd Bahodine Majrouh (1928-1988, Afghanistan) Le Voyageur de Minuit

Ah, il nous faudrait une terre de joie

D’amour et de joie, de chansons et de vins

Et non cette terre où la joie est péché

Ô ma douce amie, fuyons !

Fuyons, ma bien-aimée !

Langston Hughes (1901-1967, États-unis) Notre terre

Meena Keshwar Kamal, poétesse féministe afghane (née le 27 février 1956 à Kaboul – assassinée le 4 février 1987 à Quetta, Pakistan, par les agents afghans du KGB)

Meena Keshwar Kamal. 1956-1987jpg.jpg

Je ne reviendrai jamais

00:00 / 02:08
7d97110714_burqa.jpg

Je suis la femme qui s’est éveillée
Je me suis levée et me suis changée en tempête balayant les cendres de mes enfants brûlés
Je me suis levée des ruisseaux formés par le sang de mon frère
La colère de mon peuple m’a donné la force
Mes villages ruinés et incendiés m’ont remplie de haine pour l’ennemi,
Je suis la femme qui s’est éveillée,
J’ai trouvé mon chemin et je ne reviendrai jamais.
J’ai ouvert des portes closes par l’ignorance
J’ai dit adieu à tous les bracelets d’or
Oh compatriote, je ne suis plus celle que j’étais
Je suis la femme qui s’est éveillée
J’ai trouvé mon chemin et je ne reviendrai jamais.
J’ai vu des enfants sans foyer, errant pieds nus
J’ai vu des promises aux mains tatouées de henné en habit de deuil
J’ai vu les murs géants des prisons avaler la liberté dans leurs estomacs d’ogres
Je suis ressuscitée parmi des gestes épiques de résistance et de courage
J’ai appris le chant de la liberté dans les derniers soupirs, dans les vagues de sang et dans la victoire
Oh compatriote, Oh frère, ne me considère plus comme faible et incapable
Je suis de toute force avec toi, sur le chemin de la libération de mon pays.
Ma voix s’est mêlée à celle de milliers d’autres femmes qui se sont levées
Mes poings se serrent avec les poings de milliers de compatriotes
Avec toi, j’ai pris le chemin de mon pays,
Pour briser toutes ces souffrances et tous ces fers,
Oh compatriote, Oh frère, je ne suis plus celle que j’étais
Je suis la femme qui s’est éveillée
J’ai trouvé mon chemin et je ne reviendrai jamais.

Janvier 2022

La première page de cette année est dédiée à Jean-Paul, compagnon des Clés, parti trop tôt, trop vite. 

Jean-Paul.jpg

Jean-Paul VASSEUR

disparu un 8 décembre 2021

Quand la vie a fini de jouer

la mort remet tout en place

La vie s'amuse

la mort fait le ménage

peu importe la poussière qu'elle cache sous le tapis

Il y a tant de belles choses qu'elle oublie

Jacques Prévert La belle vie in Fatras

thumbnail_IMG_7905_edited.png
Desproges Bonne année mon cul Artist Name
00:00 / 00:48

Ukraine Russie Février 2022

images-3.jpeg

Good morning Miss Neutron, how are you ?

Parfaite, souveraine, indifférente, la bombe atomique est le vrai Bouddha de l’Occident. 

Immobile, elle repose dans ses silos, réalité à l’état pur et possibilité à l’état pur. Elle est la somme des énergies cosmiques et de la participation humaine à celles-ci, l’exploit suprême de l’homme et de sa destruction. Depuis longtemps la bombe n’est plus le moyen pour une fin, car elle le moyen démesuré qui dépasse toute fin possible. Ne pouvant être un moyen pour une fin, il faut qu’elle devienne le médium de l’auto-expérience. Elle est un évènement anthropologique, une objectivation extrême de l’esprit de puissance agissant derrière l’instinct de conservation.. Si nous l’avons construite pour nous « défendre », en vérité, elle nous a apporté une incapacité sans pareille de nous défendre. Nous ne pouvons devenir plus méchants, plus intelligents et plus défensifs.

   La bombe est le seul Bouddha que la raison occidentale comprenne. Son calme et son ironie sont infinis.

   La bombe n’exige de nous ni combat ni résignation : elle exige que nous fassions l’expérience de nous-mêmes.

Nous sommes la bombe. La seule question est de savoir si nous choisirons la voie extérieure ou la voie intérieure - si le discernement viendra de la prise de conscience ou des champignons de feu au-dessus de la terre.

Peter SLOTERDIJK in Critique De La Raison Cynique

BLOG Adultes.JPG